Tweets de @ARESfwb_be
   

 


 La Coopération belge

Projets PIC au Sénégal

Valorisation du potentiel écologique et hydro-agricole de la vallée du Fleuve Sénégal dans le département de Dagana par l'aquaculture intensive d'Oreochromis niloticus

Durée : 2006-2010
Coordonnateur : Charles MÉLARD, ULg 
Budget : 363 730,36 €

DESCRIPTIF
Depuis la fin des années 1970, le Sénégal fait face à une diminution des ressources halieutiques du Fleuve Sénégal couplée à une augmentation de la demande en poisson. D’abord due à une succession de vagues de sécheresse, l’insuffisance de la pêche fluviale s’est intensifiée à la suite de la mise en service des barrages sur le fleuve, lesquels ont profondément modifié l’écosystème.

C’est dans ce contexte que la pisciculture moderne a fait son apparition dans le bassin du fleuve Sénégal. Les premiers essais se sont toutefois souvent soldés par des échecs. Les équipes qui les ont conduits ne disposaient en effet d’aucune qualification particulière et l’existence d’une alimentation de qualité nécessaire à la bonne marche d’un élevage faisait défaut si bien qu’aujourd’hui une bonne part du déficit en poisson sur les marchés est comblée par l’apport de poisson de mer de qualité médiocre.

Le projet ambitionne de mettre au point et de développer la technique de l’aquaculture intensive en cage flottante du tilapia en valorisant les conséquences et le potentiel des aménagements hydrauliques de la vallée du fleuve Sénégal :

  • L’eutrophisation des eaux et le surdéveloppement de la végétation aquatique, conséquences a priori négatives de la mise en place des barrages le long du fleuve, peuvent être mises à profit dans le cadre de l’alimentation des poissons ; tout comme les  sous-produits de l’agriculture, abondants et peu exploités.
  • La disponibilité de surfaces et de volumes d’eaux importants, réguliers et non exploités (lacs de retenue, canaux, fleuve lui-même) peut être mise à profit dans le contexte d’une agriculture intensive réduisant la disponibilité de sites et terrains pour l’aménagement d’étangs.

Le projet répond à une priorité décrétée au niveau national en 2000 et confirmée en 2005. Il renforcera les capacités de recherche, de formation et de développement du partenaire (Institut Universitaire de la Pêche et de l’Aquaculture (UCAD)) en matière d’aquaculture, compétence indispensable pour assurer le développement durable de cette activité dans la région du fleuve.

A terme, l’objectif est double. Il s’agit en effet de motiver les populations locales à entreprendre – ou, pour les pêcheurs, à se reconvertir dans – cette activité et, par ce biais

  • d’améliorer la sécurité alimentaire en palliant les carences en protéines animales du pays ;
  • de développer une activité économique régionale qui soit une véritable filière de production, à la fois rentable et durable.


COORDONNATEUR
Charles MÉLARD, ULg
Centre de Formation et de Recherche en Aquaculture

PARTENAIRES
Université Cheikh Anta Diop, Dakar

Ministère de la Pêche
Division Pêche continentale et Aquaculture

FUNDP

CONTACT
Charles MÉLARD
Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir