Tweets de @ARESfwb_be
   

 


 La Coopération belge

Projets PIC aux Philippines

Local adaptation, resilience & interpretation of socio-natural hazards, and environmental management in the Philippines

Durée : 2014-2019
Coordonnateur : Olivier SERVAIS, UCL
Budget : 499.917,17 €

 

DESCRIPTIF

Les Philippines sont un des pays les plus menacés par ce que les scientifiques considèrent comme des catastrophes purement naturelles. C’est la raison pour laquelle le gouvernement porte une grande attention à mettre en œuvre des politiques de prévention des risques et de management environnemental. L’indice moyen de développement humain ainsi que le taux élevé de pauvreté rurale induisent une vulnérabilité potentiellement significative et une sensibilité élevée des populations aux risques naturels.

Cependant, ces politiques ne sont que partiellement efficaces car elles utilisent peu les données produites par les populations indigènes, en particulier leur connaissance des phénomènes naturels et leur gestion. Les niveaux local et régional sont insuffisamment interconnectés, ce qui peut déboucher sur des visions conflictuelles.

Ces politiques peuvent occasionnellement être vues comme coloniales ou « occidentalisées », étant perçues comme centralistes et interventionnistes. Par exemple, l’utilisation de la langue Tagalog sur ces sujets est interprétée dans beaucoup de régions éloignées de Manille comme un acte de colonialisme intra-philippin au détriment des minorités indigènes. C’est vu comme une action partisane et souvent hostile alors que le pays tente de défendre et de revaloriser la gouvernance et les traditions de ses groupes indigènes.

Ce projet vise à augmenter la capacité d’adaptation du pays dans le domaine des catastrophes naturelles, aux niveaux professionnel et populaire, en tenant compte des connaissances locales sur le sujet. L’objectif final est de valoriser les connaissances indigènes en vue de mettre en œuvre des politiques de gestion des risques naturels plus efficaces et plus appropriées.

Plus spécifiquement, le projet tendra à mettre en œuvre, dans 3 régions pilotes, une recherche géographique ainsi que des ateliers ethnographiques et historiques centrés sur les traditions locales en matière de désastres et plus largement de relations avec l’environnement. Ces workshops se focaliseront en particulier sur les questions de résilience indigène et d’adaptation aux catastrophes, ainsi que sur l’interprétation de ces événements. Grâce à ces ateliers, les promoteurs comptent responsabiliser les communautés locales et fournir des données de la recherche scientifique. Ils ont également l’intention d’organiser quelques forums de partage d’idées en vue de permettre la confrontation et la clarification des approches locales et non locales.

Quatre thèses de doctorat seront co-supervisées en anthropologie (2), géographie (1) et histoire (1). Ces thèses de doctorat constitueront le socle d’un centre de recherche à Manille, le but étant de valoriser les connaissances indigènes au sein des politiques publiques en matière de prévention des risques naturels.

Enfin, en organisant des ateliers au niveau des communautés et en renforçant les capacités au niveau universitaire, le projet vise à délivrer des messages clés pertinents aux autorités impliquées dans la conception et la mise en œuvre des politiques.

 

COORDONNATEUR
Olivier SERVAIS, UCL
IACS
Laboratoire d'Anthropologie Prospective

PARTENAIRES
Nestor CASTRO, University of the Philippines
Department of Anthropoloy
Andrea SOCO, Ateneo University of Manilla
Department of Sociology & Anthropology

Serge SCHMITZ, ULg 
Géographie rurale
Isabelle PARMENTIER, FUNDP 
Département d'Histoire

CONTACT
Olivier SERVAIS
Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir